Des non-dits omniprésents à l’auto-discrimination, comment redonner aux seniors une place au soleil ?

L'emploi des seniors

Quarante ans déjà et pour certains l’heure est aujourd’hui pour changer de nouveau les mentalités et effacer des préjugés. Quarante ans après l’inoubliable Mai 68, les différentes générations des baby-boomers luttent aujourd’hui pour retrouver une place sous le soleil dans le marché du travail. Subissant des non-dits omniprésents, ainsi qu’une certaine auto-discrimination héritée du culte de la jeunesse qu’ils ont d’ailleurs développé pendant ces trente dernières années, les quinquagénaires doivent revoir leurs démarches de replacement sur le marché du travail.

Alors que le vrai critère de sélection sur le marché d’emploi devrait être dans l’absolu le niveau de productivité, et indirectement le niveau de compétence dans l’exercice d’une fonction donnée, les quinquagénaires subissent aujourd’hui une discrimination par l’âge. Une discrimination que si ajoutée à celle liée au genre, à la couleur et à l’origine, produit une des plus importantes sources de gaspillage dans une économie comme celle de la France.

Les dits et encore plus les non dits omniprésents à l’auto-discrimation des seniors côté travail sont expliqués et éclairés sur le site d’emploi senior.

Ceci dit et tout en sachant que les variables de l’environnement ne changent qu’avec l’effort et le temps, les seniors doivent mener aujourd’hui un vrai travail sur eux-mêmes afin d’effacer entre autres le poids de l’auto-discrimination et d’essayer de se mettre en valeurs. Une valeur indiscutable notamment pour les seniors ayant de l’expérience dans des domaines qualifiés ou encore hautement qualifiés.

Pour une démarche classique de recherche d’emploi, un quinquagénaire aura certainement à faire la rédaction d’un cv en réponse à une offre d’emploi seniors. Un CV doit refléter avant tout l’expérience, les compétences acquises, la maturité, le haut degré de responsabilité, et une disponibilité opérationnelle quasi immédiate. A défaut de ce dernier atout, les seniors doivent présenter une certaine prédisposition à évoluer et à revoir leurs trajectoires professionnelles à travers notamment des cycles de formation.

Toujours au niveau d’une démarche classique, le quinquagénaire doit – dans la plus part des cas – présenter une lettre de motivation en réponse à l’offre d’emploi. Une lettre de motivation doit être de préférence manuscrite sauf candidature on-line (via Internet). Au niveau de cet exercice et à l’image de l’effort fourni pour l’élaboration du CV, les seniors doivent mettre l’accent sur des qualités relationnelles et pédagogiques. Des qualités qui peuvent améliorer l’intégration et la transmission des savoir et savoir-faire des seniors, avec et envers les autres générations.

Evidemment, toutes les démarches ne se résument pas au dépôt d’un CV et d’une lettre de motivation, sans pour autant oublier les entretiens d’embauche, mais peuvent aussi être plus fastidieuses, plus longues et exiger encore plus de discipline dans la définition des profils et la façon avec laquelle le senior convaincra son futur employeur.

Description :

Le focus sera braqué – au niveau de ce blog – sur les différents atouts professionnels des seniors.

L'emploi des seniors

Des atouts souvent cachés derrières des stéréotypes biaisés par des représentations sociales et des préjugés envers les seniors dans l’entreprise. Un capital certain en termes d’expérience, de savoir et de savoir-faire, à bien mettre en valeur pendant la phase de recherche d’une offre emploi. Un capital à valoriser aussi pendant la vie active.

D’ailleurs, le site d’emploi senior dévoile et expose tous les atouts de cette tranche d’âge (+de50 ans) et sa position sur le marché de l’emploi.

Par ailleurs, vous pouvez suivre – au niveau de ce blog – l’évolution de la situation des seniors sur le marché de l’emploi. Un suivi des statistiques de l’emploi des 50 ans et plus sera assuré au rythme des publications officielles. Vous trouverez aussi une lecture critique socioprofessionnelle des différentes contraintes qui freinent l’amélioration des taux d’emploi des seniors dans les différentes branches d’activités et régions de France avec des illustrations de cas pilotes en la matière.

Loin des actions gouvernementales et en se positionnant au cœur de la société, comment faire pour relever le défi de l’emploi des seniors ?