L’emploi des seniors se hisse artificiellement au-dessus des 40% !

graph_emploi_seniors1Les derniers chiffres de l’emploi publiés par l’INSEE le 5 mars 2009 affichent un taux de chômage au sens du BIT à 8,2% de la population active en France, y compris les Dom. Pour la France métropolitaine, et selon la même source, ce chiffre s’établit à 7,5%, soit près de 2,2 millions demandeurs d’emplois à la fin du quatrième trimestre 2008. Ce chiffre a augmenté de 0,6% par rapport au troisième trimestre de la même année. Rappelons que les seniors ont été relativement épargnés dans le mouvement de destruction d’emplois que nous avons connu depuis le mois d’Octobre 2008.

Ironie des chiffres, le taux d’emploi des seniors s’est artificiellement amélioré et ce, en passant de 39,4% à la fin du mois de Septembre à 40,6% au terme de l’année écoulée. Rappelons que le taux d’emploi des 15 – 64 ans en France s’élève à près de 65% par rapport à un taux d’activité de près de 75%. Ce dernier taux qui prend en compte aussi bien les personnes ayant un emploi, que les personnes inscrites sur les listes du pôle emploi.

Pour tous ces chiffres et bien plus encore, le site d’ emploi senior consacre toute une partie afin d’en clarifier les raisons et les conséquences de cette hausse.

Le taux d’emploi des seniors qui a été en moyenne de 37,1% sur la période allant de 2003 à 2007, devrait atteindre le niveau symbolique des 50% décidé à un niveau national et européen. Une amélioration qui devrait se faire par un changement des mentalités des seniors eux-mêmes, mais aussi les employeurs. Des progrès doivent être réalisés aussi en matière de formation professionnelle afin de faciliter l’insertion de nos quinquagénaires dans le marché de l’emploi. D’autres progrès en termes de conditions de travail sont aussi à consentir afin de minimiser la pénibilité de certains métiers pour les seniors et améliorer ainsi l’espérance de leurs activités.

A ce niveau, les derniers chiffres publiés par l’INSEE démontrent des améliorations. En effet, l’espérance apparente d’activité des 55-64 ans a atteint à la fin de l’année écoulée 4,3 années. Rappelons que ce chiffre était de 3,8 années au premier trimestre 2003. En termes de distinction par le genre, les hommes de 55-64 ans ont une espérance apparente d’activité supérieure d’un demi-point que celle des femmes. Cet écart perdure depuis plus de 5 ans, preuve qu’on n’a pas forcément penser à résoudre ce problème. Notons que les femmes ont généralement des parcours assez hachés du fait de leurs obligations familiales. Des parcours qui doivent être consolidés après la cinquantaine afin de créer une certaine équité sociale à la retraite.

Rappelons aussi pour le reste que si nos seniors bénéficient – aujourd’hui – artificiellement et rien que sur du papier des chiffres du chômage, ce sont eux qui profitent le moins des bénéfices de périodes de reprises économiques. Alors, continuons notre combat pour nos seniors.

Ramzi BANI