La tempête de la crise bat de son plein sur le marché de l’emploi : +90 200 nouveaux demandeurs d’emploi pour le mois de Janvier 2009.

offres d'emploi

Les chiffres de l’emploi pour le mois de Janvier 2009 viennent d’être publiés. Plus de 90 mille nouveaux demandeurs d’emploi de catégorie 1 qui s’ajoutent aux 2,1 millions déjà inscrits sur les listes du pôle emploi. En ce temps de crise économique et au moment où gouvernement, syndicats et patronat peinent à se mettre d’accord sur des mini-solutions de relance économique et d’aides pour redynamiser le marché du travail, les plus démunis s’enfoncent encore. Au même moment, nos jeunes dont certains se « vendent » aux enchères sur le Net et nos seniors qui ont vu leur forum pour l’emploi retardé aux 7 Avril 2009 en raison du mouvement social prévu pour le 19 Mars, se préparent au pire.
Sur l’année 2008, le chômage a augmenté de plus de 218 mille personnes, soit une hausse annuelle de 10,2%, la plus forte depuis 1993. Ajoutons à cela les derniers chiffres du mois de Janvier 2009, le nombre de chômeurs s’élève ainsi à 2,204 millions de personnes. Rappelons que le nouveau pôle d’emploi prévoyait déjà plus de 282 mille nouveaux chômeurs pour l’année en cours, un chiffre qui risque d’être assez optimiste par rapport à la réalité.

D’ailleurs, vous pouvez retrouver les détails de cette crise et son impact sur le marché de l’emploi, sur le site d’emploi senior. On y trouve toutes les informations et les causes relatives à cette crise.
Au banc des accusés – sans grande surprise, les licenciements économiques ont augmenté de 23,5% au cours des trois derniers mois. La fin de contrats à durées déterminées – CDD – et la fin de mission d’intérim sont en hausse respectivement de 7,2 et 7,8% sur la même période. En contre partie, les offres d’emploi senior déposées au pôle emploi ont reculé de 15,8% sur un mois et de 29,3% sur une année glissante, soit par rapport au mois de Janvier 2008.
A l’accoutumer, nous préservons notre intérêt pour la situation de nos quinquagénaires, fragilisés et défavorisés sur le marché de l’emploi. En effet, nos seniors continuent à faire de la résistance face à la crise avec une hausse de 3,9% du nombre des demandeurs d’emploi de catégorie 1, soit la hausse la moins accentuée par rapport aux autres tranches d’âges. Un chiffre qui cache tout de même une disparité par le genre, puisque les Hommes de 50 ans ou plus accusent des statistiques de chômage en hausse de 4,9% contre une hausse modérée des chiffres du chômage des Femmes (+2,7%).

Près de 282.000 nouveaux chômeurs en 2009 : au-delà des chiffres !

statschomage1Ce n’était pas une surprise même si les médias ont voulu en faire un contenu sensationnel. Les dernières prévisions de l’Unedic annoncées par l’AFP affichaient des prévisions de près de 282.000 nouveaux chômeurs pour l’année 2009, et une destruction nette de 250.000 emplois salariés. Ces chiffres reposent sur une simulation du moins optimiste –jugée par les économistes – d’une croissance économique négative de -1% pour l’année en cours. Des prévisions qui se prolongent dans le même sens en 2010 avec 122.000 nouveaux chômeurs et la destruction nette de 113.000 emplois salariés.
Avec tous ces indicateurs prévisionnels dans le rouge, c’était une évidence que de revenir parler du déficit de l’assurance chômage. Un déficit qu’on espérait fondre ces dernières années et donner encore plus de marge de manœuvre aux services d’indemnisations chômage. En effet, le déficit de l’assurance chômage s’est élevé à la fin de l’année 2008 à près de 4,9 milliards d’euros et s’enfoncerait à près de 5,7 milliards d’euros fin 2010.

C’est quoi au juste les causes de ces chiffres et déficits spectaculaires? Toutes les explications et bien plus encore sont sur le site d’emploi senior.

Nous sommes aujourd’hui en temps de crise économique et ce, comme en témoigne la croissance négative prévue pour l’année 2009 ainsi que la situation assez problématique de notre marché du travail aujourd’hui, et l’heure est plutôt à se serrer les coudes et dédramatiser des chiffres qu’on n’a pas pu corriger en périodes économiques fastes. Tournant nos regard vers nos emploi de nos seniors qui peinent déjà à garder leurs emplois et à en retrouver un autre pour les demandeurs d’emploi parmi eux. Une fois ces temps de crise passaient, on aura les moyens et le temps de corriger ces déficits.

Ramzi BANI

Avec +5.000 chômeurs de 50 ans ou plus sur le mois de décembre, les seniors résistent !

internet-seniorsOn l’a remarqué depuis le mois d’octobre 2008, les seniors résistent en ces temps de crise économique. Sur le mois de décembre 2008, les demandeurs d’emploi de catégorie 1 ont augmenté de 2,2% en variation mensuelle, alors que les 50 ans ou plus n’ont accusé qu’une hausse de 1,5% totalisant à la fin de 2008 un peu plus de 310 mille demandeurs d’emploi. Il y a lieu à noter que le nombre total des demandeurs d’emploi de catégorie 1 s’est élevé à la fin de l’année 2008 à 2 114,3 mille, soit une augmentation de 11,4% par rapport à l’année 2007. De leur côté, les seniors ont défendu leur situation fragile sur le marché de l’emploi en accusant seulement une hausse de 8,8% des demandeurs d’emploi de 50 ans ou plus sur l’année 2008.

D’ailleurs, pour en savoir plus sur les raisons de cette crise et de l’augmentation du nombre de chômeurs sur le mois de décembre, le site d’ emploi senior porte un éclairage intéressant sur ce problème et bien plus encore.

Une autre lecture, cette fois en distinguant entre hommes et femmes, nous permet de conclure que ces dernières s’en sortent avec le minimum de dégâts. En effet, les demandes d’emploi de catégorie 1 émanant des femmes ont augmenté de 6,4% et ce, contre une hausse de plus de 16,3% pour les hommes. Une distinction par l’âge fait ressortir le même constat. Les femmes de 50 ans ou plus n’ont vu le nombre des demandes d’emploi de catégorie 1 s’accroitre de 6,1% sur une année, alors que les hommes sont passés sur une année de 146,4 à 162,8 mille demandeurs d’emploi, soit une aggravation de +11,1%.

En guise de conclusion et au-delà de ces lectures relativement favorables à l’emploi des seniors, nous devons plus se concentrer sur la manière de procéder afin de remettre la machine en marche. Et quand cela arrivera, il ne faut surtout pas oublier que ce sont nos seniors qui profitent le moins de périodes fastes. En ce sens, est-ce que les projets de relance de l’économie aujourd’hui tiennent comptent des situations de toutes les catégories des personnes actives sur le marché de l’emploi ?

Ramzi BANI