Fin Octobre 2008 : Chômage des seniors : une situation inquiétante !

baisse-chomage

Les nouvelles sont mauvaises d’où quelles viennent. Le dernier communiqué du Ministère de l’emploi affiche une augmentation de 2,4% du nombre des chômeurs de catégorie 1 inscrits à l’ ANPE. Une augmentation mensuelle qui porte la hausse du chômage en France à +4,4% sur un an. Depuis le début de l’année, c’est la huitième hausse mensuelle des inscriptions qui porte le nombre des demandeurs d’emploi à 2.004.500 inscrits auprès de l’ANPE. Et dire que c’est juste les premières vagues de la crise financière et économique qui viennent s’abattre sur le marché du travail.

Toutes les causes et les conséquences du chomage des personnes de cette tranche d’âge (plus de 50 ans) sont à consulter sur le site d’emploi senior.

Une segmentation par l’âge laisse apparaître une augmentation de 1,2% du nombre des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans. Evidemment ce chiffre n’intègre pas les 360.000 seniors sans emploi dispensés de la recherche d’emploi. Cependant cette augmentation tempérée du taux de chômage des plus de 50 ans par rapport aux chiffres globaux de l’emploi pour le mois d’Octobre ne doit pas maquer les difficultés de reclassement des seniors. En ce sens, il y a lieu à rappeler qu’un senior a trois fois moins de chance de retrouver un travail qu’un demandeur d’emploi de moins de 45 ans.

Ajoutons à cela les nouvelles donnes de la crise économique actuelle, les plus de 50 ans subiront en plus une offre d’emploi de plus en plus ponctuelle, précaire et axée sur la productivité individuelle que sur des variables telles que la transmission de savoir et de savoir-faire. Ces dernières valeurs ajoutées – généralement atouts des seniors passent aujourd’hui au second plan des préoccupations des entreprises au bord de la faillite.

Pendant ces temps durs, les seniors doivent savoir s’adapter par rapport à un contexte de récession, eux qui ont connu ces trente dernières années d’autres conjonctures aussi difficiles qu’aujourd’hui.

Au-delà du culte de la jeunesse, comment changer la représentation des seniors dans notre société ?

l'emploi des seniors

Plusieurs dizaines d’années ont alimenté le culte de la jeunesse, un argument marketing qui a principalement nourri une société de consommation. Cette tendance sociale a été aussi favorisée par une pyramide démographique assez large à la base, essentiellement portée par des générations de baby boomers. Ce sont ces mêmes générations aujourd’hui qui passent le cap des 50 ans depuis quelques années et créent de nouveau le phénomène des seniors. Ces seniors qui ont fait tourner ces trente dernières années l’économie nationale, se trouvent subitement exclus de l’espace socioprofessionnel. Une exclusion vécue et souvent non prononcée notamment au niveau du marché de l’emploi.

En effet, un ensemble de préjugés entourent les seniors principalement dans l’entreprise et d’une façon générale sur le marché de l’emploi. Moins performants, trop couteux, peu mobiles, moins flexibles et peu dynamiques, les 50 ans et plus sont – aujourd’hui – assez défavorisés sur le marché du travail à cause de ces dernières étiquettes affichées et qui ne reflètent pas souvent la réalité. Première fausse idée, la performance des seniors se ressource de l’expérience qu’ils ont acquis au fil des années. Une performance souvent exceptionnelle, notamment dans les métiers dits non routiniers qui sollicitent une certaine flexibilité mentale. Trop couteux est une autre fausse idée, puisque les seniors ne touchent en moyenne que 5 à 10% de plus que les 25-49 ans.

Pour connaître la marge salariale des + de 50 ans, le taux de chômage de ces derniers et leurs chances de décrocher un poste, rien ne vaut le site d’emploi senior.

Au-delà de cet ensemble de préjugés nourri par le culte de la jeunesse, c’est la représentation qu’ont les seniors d’eux-mêmes qui enfonce encore plus le couteau dans la plaie. A force de préjugés, les seniors souffrent entre autres d’une démotivation professionnelle et une auto-exclusion sociale. Une démotivation qui altère bon nombre d’avantages tels que le savoir faire, la stabilité, la maturité, la capacité d’apprentissage et d’évolution positive. En effet, c’est un schéma de « prophétie auto-réalisante » qui de part une simple prédiction de l’échec génère l’ensemble des conditions de cet échec.

Loin des politiques et des affiches portant des slogans tels que l’emploi des seniors ou encore l’intégration sociale des personnes âgées, remonter la pente pour un senior impose – aujourd’hui – un vrai travail sur soi-même. Un travail qui devrait être facilité par les nombreux cas de réussites des quinquagénaires dans les différents domaines socioprofessionnels. En parallèle, c’est un améliorant la relation jeunes-seniors que le syndrome du culte de la jeunesse pourrait être éradiqué un jour et ce, en laissant les seniors exprimer et transmettre par la même occasion ce qu’ils ont capitalisé pendant plusieurs décennies de vie active.

<Revenir à la page d’accueil>

Des non-dits omniprésents à l’auto-discrimination, comment redonner aux seniors une place au soleil ?

L'emploi des seniors

Quarante ans déjà et pour certains l’heure est aujourd’hui pour changer de nouveau les mentalités et effacer des préjugés. Quarante ans après l’inoubliable Mai 68, les différentes générations des baby-boomers luttent aujourd’hui pour retrouver une place sous le soleil dans le marché du travail. Subissant des non-dits omniprésents, ainsi qu’une certaine auto-discrimination héritée du culte de la jeunesse qu’ils ont d’ailleurs développé pendant ces trente dernières années, les quinquagénaires doivent revoir leurs démarches de replacement sur le marché du travail.

Alors que le vrai critère de sélection sur le marché d’emploi devrait être dans l’absolu le niveau de productivité, et indirectement le niveau de compétence dans l’exercice d’une fonction donnée, les quinquagénaires subissent aujourd’hui une discrimination par l’âge. Une discrimination que si ajoutée à celle liée au genre, à la couleur et à l’origine, produit une des plus importantes sources de gaspillage dans une économie comme celle de la France.

Les dits et encore plus les non dits omniprésents à l’auto-discrimation des seniors côté travail sont expliqués et éclairés sur le site d’emploi senior.

Ceci dit et tout en sachant que les variables de l’environnement ne changent qu’avec l’effort et le temps, les seniors doivent mener aujourd’hui un vrai travail sur eux-mêmes afin d’effacer entre autres le poids de l’auto-discrimination et d’essayer de se mettre en valeurs. Une valeur indiscutable notamment pour les seniors ayant de l’expérience dans des domaines qualifiés ou encore hautement qualifiés.

Pour une démarche classique de recherche d’emploi, un quinquagénaire aura certainement à faire la rédaction d’un cv en réponse à une offre d’emploi seniors. Un CV doit refléter avant tout l’expérience, les compétences acquises, la maturité, le haut degré de responsabilité, et une disponibilité opérationnelle quasi immédiate. A défaut de ce dernier atout, les seniors doivent présenter une certaine prédisposition à évoluer et à revoir leurs trajectoires professionnelles à travers notamment des cycles de formation.

Toujours au niveau d’une démarche classique, le quinquagénaire doit – dans la plus part des cas – présenter une lettre de motivation en réponse à l’offre d’emploi. Une lettre de motivation doit être de préférence manuscrite sauf candidature on-line (via Internet). Au niveau de cet exercice et à l’image de l’effort fourni pour l’élaboration du CV, les seniors doivent mettre l’accent sur des qualités relationnelles et pédagogiques. Des qualités qui peuvent améliorer l’intégration et la transmission des savoir et savoir-faire des seniors, avec et envers les autres générations.

Evidemment, toutes les démarches ne se résument pas au dépôt d’un CV et d’une lettre de motivation, sans pour autant oublier les entretiens d’embauche, mais peuvent aussi être plus fastidieuses, plus longues et exiger encore plus de discipline dans la définition des profils et la façon avec laquelle le senior convaincra son futur employeur.

Description :

Le focus sera braqué – au niveau de ce blog – sur les différents atouts professionnels des seniors.

L'emploi des seniors

Des atouts souvent cachés derrières des stéréotypes biaisés par des représentations sociales et des préjugés envers les seniors dans l’entreprise. Un capital certain en termes d’expérience, de savoir et de savoir-faire, à bien mettre en valeur pendant la phase de recherche d’une offre emploi. Un capital à valoriser aussi pendant la vie active.

D’ailleurs, le site d’emploi senior dévoile et expose tous les atouts de cette tranche d’âge (+de50 ans) et sa position sur le marché de l’emploi.

Par ailleurs, vous pouvez suivre – au niveau de ce blog – l’évolution de la situation des seniors sur le marché de l’emploi. Un suivi des statistiques de l’emploi des 50 ans et plus sera assuré au rythme des publications officielles. Vous trouverez aussi une lecture critique socioprofessionnelle des différentes contraintes qui freinent l’amélioration des taux d’emploi des seniors dans les différentes branches d’activités et régions de France avec des illustrations de cas pilotes en la matière.

Loin des actions gouvernementales et en se positionnant au cœur de la société, comment faire pour relever le défi de l’emploi des seniors ?